contact contact

Haute-couture ?

Deux heures avant le concert d’Asaf Avidan, on m’a proposé une invitation. J’ai hésité un instant avant de céder par curiosité. Cette curiosité qui vous pique systématiquement lorsque se présente la possibilité d’examiner du réel, du palpable. J’avais une vague idée du travail de l’artiste israélien mais un souvenir certain de sa voix particulière qui l’avait propulsé en Europe grâce au remix du Dj Wankelmut. Ce remix c’était celui de One Day dont le titre original est The Reckoning.

Lorsque j’arrive au Zénith de Paris, la première partie est finie et Asaf Avidan a déjà commencé son concert. Ce détail a son importance car j’avais donc manqué la phase de transition qui vous ancre dans l’atmosphère d’un concert. Et pourtant, lorsque je suis entrée dans la salle, c’était comme si on m’avait jeté dans un labyrinthe inconnu avec pour seul fil d’Ariane la voix hors-norme de l’artiste et que le charme avait instantanément opéré.

J’étais dans le métro vingt minutes plus tôt et en entrant dans la salle au milieu d’une chanson qu’il interprétait, j’ai eu l’impression de couler au fond de moi-même, à vrai dire j’étais presque au bord des larmes.

asaf1

La voix d’Asaf Avidan est comme une lame qui pique et repique votre voile auditif. Un point en avant lorsqu’elle monte dans des hauteurs perchées, un point en arrière lorsqu’elle descend dans des graves rauques. A terme, votre voile est piqué à vif. Couvert d’aspérités, ce voile s’est mue en une étoffe dont la matière demeure non-identifiable.

Cette haute-couture vocale épouse des gestes et des expressions vivaces. Ce terme de haute-couture se prête bien à l’artiste car il suggère la maîtrise, la technicité. En d’autres termes, cela implique aussi un produit pensé et étudié.

Asaf Avidan est rôdé. Il sait divertir le public entre les chansons. Il sait quand l’assemblée va rire. Il sait quelle gestuelle se superpose à la gestuelle précédente. Oui, Asaf Avidan est parfois dans la technique, dans la pose esthétique lorsqu’il tient la note ou fait la démonstration de ses capacités vocales. Mais il semble être conscient de donner cette impression du « performer » effectuant les figures imposées qui ponctuent son spectacle et qui obscurcissent la lumière de la spontanéité.

asaf3

Mais un show de cette ampleur n’est pas de l’ordre de l’improvisation, de la beauté accidentelle. Il y a le magnifique travail des lights fait par l’ingé lumière ou encore l’interprétation scénique des musiciens qui fait oublier leurs lacunes de jeu. Il y a les enjeux financiers des concerts donnés dans des salles prestigieuses. Asaf Avidan ne peut pas se contenter de l’ à-peu-près.

Certes, certes, la haute-couture, c’est calculé au millimètre près. Mais ce soir là, Asaf Avidan m’a démontré  que c’est aussi l’art de faire oublier le travail et la sueur par un habile tour de passe-passe, par un moment de grâce saisi en plein vol, par une expérience du beau.

Yumi Aoki-Millière
Crédit photos : Bruno Migliano

team team