Diva Faune : Animaux sensibles

C’est aux Trois Baudets dans le XVIIIe arrondissement que j’ai eu la chance d’aller interviewer Diva Faune. En arrivant, je suis surpris par l’attente pour rentrer, le régisseur m’annonce la couleur : « inutile d’aller dans la salle principale, elle est pleine, allez directement au balcon ». Le concert de Diva Faune débute et la salle est déjà remplie.

Le duo est composé de Yogan au chant, à la guitare et parfois aux claviers et de Jérémy à la guitare et aux arrangements. Diva Faune, c’est de la pop-folk aux influences électroniques, le tout sublimé par la voix de Yogan.

Après une belle demi-heure de concert dans une salle conquise, je rejoins le duo pour l’interview. Pour Le Gorille, ils acceptent de se prêter au jeu et d’interpréter un morceau a capella à la table du restaurant.
ndlr : Jérémy innove et utilise son smartphone comme percussion …

Devant l’excitation du duo, on démarre l’interview avec leurs impressions sur le concert qui vient de se terminer. Jérémy explique qu’en « rentrant sur scène on a vu le public, c’était fou ». Yogan avoue qu’ils étaient « très excités et sont très contents ». Il y avait pour eux beaucoup d’attentes derrière ce concert et la réaction du public les a ravi.

Je les interroge alors sur ce qu’implique le fait de jouer devant un public assis. Yogan rappelle que « c’est la salle qui est comme ça, c’est du plaisir dans tous les cas, on était content d’être avec eux ». Jérémy est plus pragmatique et explique que « les gars ne sautent pas partout mais ils écoutent beaucoup plus. » Yogan ajoute que « dans la mesure où ce concert était génial, ce soir tout est bien. L’important c’est ce qui se passe ». Un moustique (tigre) interrompt l’interview, Yogan lui règle son compte.

Jérémy en profite pour reprendre la communication en main et nous rappelle que Diva Faune sort un EP en 2016 dont le premier titre, The Age Of Man, est dispo sur SoundCloud. Les titres de l’EP sont masterisés à New York par Mark Plati (The Cure, David Bowie … ). Ils décrivent cette collaboration comme « incroyable ».

Un autre morceau Push It est disponible sur Youtube sous la forme d’un teaser live et dans une version acoustique enregistrée à Londres. Jérémy nous parle de la réalisation de cette vidéo : « on avait rencontré une équipe vidéo à Londres et ils sont revenus nous voir lors d’une jam session quelques jours après. C’était un plan galère, finalement il n’y avait pas de jam. On s’est dit qu’on allait jouer dans la rue. Et cette vidéo c’est un peu le souvenir de ce moment. »

« On sera de retour à Paris au mois de décembre mais on n’en sait pas plus pour le moment » annonce Yogan, que je relance sur l’origine de leur nom de scène. Il explique que cette association de deux mots connote avant tout leur duo.

En ce qui concerne une éventuelle tournée après la sortie de l’EP, Jérémy avoue qu’ils aimeraient beaucoup « faire une tournée à l’international mais il n’y a rien de concret pour l’instant ». Yogan ajoute qu’ils ont « une collaboration de folie sur le 6ème titre de l’EP, elle sera annoncée prochainement mais on ne peut pas en dire plus pour le moment. »

L’interview se termine sur cette annonce mystérieuse. Nous suivrons avec la plus grande attention le développement de ce jeune duo éclectique et passionné.

En ce qui me concerne, c’est vraiment une belle découverte, le concert était juste beau, la voix de Yogan est magnifique et le mélange entre guitares, claviers et pads est particulièrement efficace. J’ai hâte d’assister au prochain concert parisien et surtout de découvrir l’EP pour lequel il faudra attendre 2016 !

Crédit photo : Greg June

David Lavaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *