contact contact

Dans la jungle de The Garden

The Garden c’est un duo constitué de deux frères jumeaux Fletcher et Wyatt Shears, qui ont un style de musique et un look qui leur sont propres. L’un joue de la batterie et l’autre de la guitare puis y’a des samples et puis… C’est tout.

Nous sommes allés voir The Garden au badaboum mardi dernier. Arrivés devant la queue de ce temple du hipster nous avons eu un peu peur de l’ambiance du concert. La dernière fois, au pop-up du label nous avons vécu une expérience folle, les pogos, les litres de bières déversés partout, le vigile surmené et en même temps pas entièrement mécontent.

Au badaboum la salle n’était pas pleine. Mais les deux artistes ont un tel pouvoir de traction que tout le monde s’est rué juste devant la scène, pour être plus proches d’eux et de leur son. Nous n’avions jamais vu le badaboum comme ça. D’un coup, toute cette foule que l’on voit d’habitude ici bouger sur place, un minuscule déhanché par-ci, un mouvement de tête par-là, s’est déchaînée. De slam en pogo nous avons tous oublié cette sorte de raideur qui nous habite d’habitude et nous sommes tous jetés les uns contre les autres avec une joie immense.

The Garden étaient fidèles à eux-mêmes, vêtus tous deux d’un long (très long) manteau noir en cuir et les cheveux décolorés blond platine. Leur show était dingue. Flectcher s’est jeté trois fois dans la foule (dont une fois plus ou moins sur ma tête), des gens se sont jetés de la scène aussi.

Puis est venu Cloak qui a envoyé (comme à chaque fois) du gros lourd.  Fletcher a quitté sa batterie pour rejoindre son frère sur le devant de la scène. C’était probablement le moment le plus intense parce qu’ils ont une synergie si particulière que le public s’est rué vers l’avant et nous sommes retrouvés écrasés devant la scène. Ils nous ont donc permis d’entrer dans le Vada-Vada, l’univers qu’ils se sont créé, dont ils se revendiquent citoyens. Ils en récitent le credo dans Together We Are Great.

12285787_10152758952777614_722392301_n

© Pauline Broquet

Finalement leur esthétique est surprenante si bien dans leurs clips que dans leur danse dégingandée à tel point que l’on n’est finalement pas surpris quand Fletcher (ou Wyatt, forcément on ne sait plus trop) chante I Guess We’ll Never Know en entier caché sous son manteau.

The Garden est vraiment un groupe à écouter parce qu’il est original. Mais c’est en live que cette originalité prend tout son sens. Si bien que nous n’avons raté aucun de leur concert à Paris depuis que nous les avons découverts.

Colombe Courau

team team