contact contact

Benny Sings au Badaboum, la city pop des Pays-Bas à Paris

Avec un brillant album sorti en février chez Stones Throw Records, Benny Sings passe par le Badaboum pour sa tournée européenne et Le Gorille y sera.

La « city pop » est un genre de musique japonaise funky des années 80 que l’éminent Jean Morel tentait de définir dans un article pour Nova. A priori fourre-tout, il recèle pourtant un courant assez précis d’une musique qui selon lui transmet un esprit de joie, de fête et d’oisiveté. Et c’est par ces quelques caractéristiques que l’on comprend le choix de ce titre pour le 8ème album de Benny Sings : City Pop. Un son chaud de basse jouée aux doigts, un groove minimaliste à la batterie et des contretemps au clavier accompagnent des vibes r&b dans la voix.

Le single « Not Enough » est une petite pépite dansante, jouée live pour une captation Colors, avec à la place du solo de sax une performance au melodica, petit clavier à vent dont la sonorité peut évoquer de loin le jeu d’harmonica chromatique de Stevie. Ce multi-instrumentiste produit un son chaleureux sans artifice depuis son petit studio, à l’instar de cette cover sublimée du « Passionfruit » de Drake. Sur « Familiar », on retrouve le vocoder qui nous avait marqué sur « Big Brown Eyes » en 2011.

En juin dernier il sortait Beat Tape, un projet apéritif afin d’attendre l’album, qu’il décrivait ainsi sur YouTube : « Working up to my next real album release, here’s some leftovers to chew on! Old beats, sketches, demo’s. Hope you like it. ». Pour des morceaux unreleased, on a aimé. On y retrouve d’ailleurs l’influence japonaise de la « city pop » sur l’entraînant « Nakemeguro » (nom d’un quartier de Tokyo aux stéréo-typiques sakura fleuris), chanson qu’il a décidé de faire figurer sur l’album réel.

Déjà en 2003 sur le disque Champagne People, il y avait en version hip-hop le groove d’aujourd’hui, qui nous rappelle au passage la petite voix et la pop aux cheveux doux du projet Soft Hair de Connan Mockasin et LA Priest. Ce chanteur Hollandais s’inspire autant du Japon que des productions hip-hop pour créer un univers funky et doux, que l’on a hâte de découvrir en live.

Julian Le Tutour

Benny Sings en concert le 18 avril au Badaboum

Event Facebook

team team