To beauf or not to beauf : le cas Patrick Sebastien

Au rayon des icônes populaires, on vous parlait déjà de Chantal Goya, star des petits devenus grands, qui fêtait ses 73 ans sur scène. Par populaire, on entend ceci : qui s’adresse au peuple, au public le plus nombreux, qui est conforme aux goûts de la population la moins cultivée, d’après le LAROUSSE du moins. On évoquera ici celui qui, de son vrai nom Patrick Boutot, fait décoller les audiences lors de ses rendez-vous hebdomadaires du samedi soir, mais surtout enchaîne les disques d’or depuis 1985.

Le cas Patrick Sebastien divise. Considéré par beaucoup comme un beauf incarnant la bêtise, ce briviste d’origine est toutefois apprécié – même si c’est souvent au second degré – par une jeunesse adepte des soirées festives, décomplexée, et souvent bien arrosées, festoyeurs à Bayonne en été, nourris aux Sardines depuis leur plus tendre enfance. Leurs parents – voire leurs grands parents – peuvent parfois apprécier ses émissions de divertissement. Haï par certains, mais ciblant finalement tout le monde, et surtout connu de tous, il se revendique comme l’ambassadeur de ceux qui aiment faire la fête.

Patrick Sebastien à la fête du pain de Mensignac, 2014
Patrick Sebastien à la fête du pain de Mensignac, 2014

Sa notion de la fête est celle des grands rassemblements populaires du Sud-Ouest, à l’images des ferias de Dax et autres fêtes de Bayonne. Ses chansons, rassemblées dans 27 albums au total, reprennent les codes de la chanson paillarde et incarnent la culture rugby, qu’il connaît bien. Ambiance 3ème mi-temps donc. La recette marche, ainsi son avant-dernier album Ça va être ta fête a été sacré disque d’or en trois semaines.

Patrick Sebastien incarne le divertissement franchouillard, mais surtout un besoin crucial de divertissement, sur lequel on peut s’interroger. Il semblerait que le public ait un besoin énorme d’être diverti, de poser son cerveau sur la table basse du salon après une journée de travail. A l’image de Cyril Hanouna et son single Bogda Bogdanoff, chanson à texte autour des deux astronautes les plus célèbres du PAF, ou encore Cartman, donc l’avatar Sébastien Patoche se classait n°1 des téléchargements sur iTunes en été 2013 avec Quand il pète il troue son slip, juste devant Get Lucky de Daft Punk.

Sebastien Patoche célèbre sa première place des chartes place de la Concorde
Sebastien Patoche célèbre sa première place des chartes place de la Concorde

Dans les années 2000, les parodies de Mickaël Youn incarnaient cette dimension de musique-divertissement, avec pour but de faire rire, et de tourner en dérision les codes des artistes plus traditionnels. Il s’agit de proposer une alternative, un échappatoire aux problèmes quotidiens d’une certaine frange de personnes pour qui la musique ne sert pas à réfléchir, mais à remuer frénétiquement. Pour certains, la clef réside chez David Guetta, pour d’autres, chez Patrick Sébastien. Parodies mises à part, on pourrait presque rapprocher ses chansons d’une forme de variété française aux codes repris et transformés : celle des chansonniers. Bien que dénuées de messages politiques ou d’actualité, certaines chansons à vocation humoristique se placent dans l’évolution des Fernandel ou Bourvil.

Patrick Sebastien sévit sur de multiples terrains. Animateur, producteur d’humoristes (on lui doit entre autres Albert Dupontel ou Dany Boon), auteur-compositeur, il flatte le public, qu’il soit apprécié ou détesté. Ses partisans se sentent proche de lui et de ses morceaux joyeux, qu’ils associent à des moments de fête. Ses détracteurs se valorisent en se plaçant à contre-courant de cette image populaire jugée bêtifiante.

François Jost, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, raconte à son sujet : «J’ai écrit un article sur lui dans lequel j’attaquais son côté « populiste », j’ai eu une avalanche de commentaires qui disaient « Vous êtes intello, nous on est le vrai peuple ».

Il y aurait donc un vrai peuple, donc Patrick Sebastien serait le porte-parole, opposé à une forme d’élite intellectualisante. Suivi de près par Cyril Hanouna qui reprend le flambeau de l’incarnation de la figure populaire de l’animateur-chanteur.
Pour tous les aficionados de petits bonshommes en mousse et autres serviettes qui tournent, le nouvel album de Patrick Sébastien, Ça va bouger ! est sorti le 13 novembre dernier, avis aux amateurs.

cd1-578x587

NDLR : Le gorille ne prend aucun parti, vous pourrez d’ailleurs retrouver certains de ses  rédacteurs aux ferias cet été 😉

Crédits photo :

Posts created 239

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut