Sigur Rós, voyage au bout de l’espace

Suspendue entre sonorités atmosphériques, harmonies frôlant la dissonance et son tellurique, la musique du groupe Sigur Rós recréer un véritable microcosme mélodieux dans lequel chacun gagne à se perdre. Leur style space-rock et mélancolique, leur talentueuse originalité et leur sincérité sur scène ont fait leur « victoire rose », traduction française du nom de leur groupe. Portrait d’un quatuor aux allures célestes.

12512068_10208564679977546_393299276_n

C’est en 1994 que les membres du groupe islandais enregistrent leurs premiers titres à la fois étranges et enivrants. Depuis leur premiers pas et jusqu’en 2013, le quatuor à la composition intuitive a signé sept albums d’une plume très singulière. Si le groupe marque les esprits et surprend, c’est surtout par ses prises de positions artistiques et musicales originales. Sur scène, une aura semble flotter au-dessus de chacun des artistes qui, impassibles, s’abandonnent à corps et à voix perdus à leur public. Le son de l’harmonium et de l’orchestration classique composée de violons se mêle à la perfection à la voix de Jónsi, chanteur et guitariste du groupe qui a pour habitude de jouer de la guitare avec un archet de violoncelle. L’alliance de visuels projetés sur scène et de sonorités tant minimalistes que planantes promet de plonger le public au cœur une parenthèse stellaire, à chaque concert.

La plupart des titres Sigur Rósien sont écrits et chantés en volenska, langue inventée par Jón Þór Birgisson (Jónsi). Harmonieuse et écorchée à l’image du verbe islandais, cette langue imaginaire est construite autour d’une série de sons et d’onomatopées insensés qui s’accrochent à la musique avec force. « ( ) » , le troisième album de Sigur Rós sortit en 2002, est d’ailleurs le premier à avoir été essentiellement composé en volenska. Tout comme l’album, les huit pistes qu’il comprend ne portent pas de titre. La dernière se verra finalement appelée Popplagið (« la chanson pop ») : chaque concert du groupe se termine part ce titre depuis 2002 !

Désireux d’étendre leur zone d’influence artistique et de transmettre ce qui les fait vibrer, les membres du groupe s’investissent dans divers projets pluri-artistiques. Lors de la sortie de leur sixième album« Valtari », par exemple, Sigur Rós demande à une douzaine de cinéastes de créer leur visuel avec un budget limité et une force de créativité infinie. Cette initiative donne naissance à de splendides court-métrages. Celui qui fut réalisé par Christian Larson est particulièrement somptueux.

Pour faire leur grand retour en 2016, c’est le Dour festival que les Islandais ont choisi. Ils seront certainement présents dans plusieurs festivals de qualité, cet été… pour présenter un nouvel album ? On l’espère ! Sur leur site officiel, en tout cas, ils nous mettent l’eau à la bouche :

We are pleased to announce that we are playing festivals next summer in the spirit of adventure. all we can say right now is it’s going to be different, with new unreleased songs, a new show and maybe some other *new* things. beyond that, we can only ask you to trust us on this one” – Sigur Rós

Emilie Beraud

Posts created 238

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut