Les belles rencontres du MaMA 2016

Du 12 au 14 octobre, Pigalle était pleine de suprises pour trois soirs de fête. Avec plus de 120 artistes à l’affiche, cette édition du MaMA était encore une fois l’occasion de retrouver des artistes qu’on a déjà adoptés et de découvrir ceux qui nous donneront des petits frissons cet hiver. Pigalle c’est l’amour, sortir entre potes, rencontrer de mystérieuses créatures noctures…

Typologie des personnages singuliers que nous avons croisés :

💃 La belle du soir :

Nouvelle Vague c’est un peu l’amour de jeunesse, on retrouve avec plaisir la douce voix d’Elodie Frege qui flamboie ce soir là. Avec une présence assez glamour, le groupe tente de nous reconquérir à grands renforts de cheveux dans le vent et de percussions endiablées à la fin de leur show. 

nouvelle-vague

 

💘 L’homme idéal :

Notre blondinet au look 90’s ( en couverture) alias Biga Ranx nous rappelle que l’habit ne fait pas la voix. Gabriel de son vrai nom étonne encore par son flow et son énergie. On aime d’autant plus ses live qu’ils sont moins « lissés » que ses versions studio. Parce qu’il est l’homme idéal il vient sautiller au milieu du public. 

bigaranx

 

👨🏽👲🏼👱🏽 Les potes :

La Fine Equipe met une bonne ambiance pour entamer le dernier soir du Mama, comme un before entre potes dans un appart du quartier. Huit ans après leur première fournée avec la Boulangerie I, Oogo, Mr Gib et Chomsk aux platines avaient une sacrée pêche. On espère qu’ils en mettent autant dans la compo de leur nouvel album !

 

🎸 Le lover à la guitare :

Jake Isaac est un artiste chaleureux qu’on pourrait écouter lors d’un diner aux chandelles . Il ne passe pas inaperçu puisqu’il a été remarqué par le label d’Elton John qui signe son premier album. De la folk au blues, un vrai lover qui vient chanter sans micro en mini session acoustique au milieu de la salle de La Boule Noire.

✨ Les divas ensorceleuses :

Beaucoup de blush, des paillettes, ça ne manque pas à Pigalle. Mais les 3somesisters ont quelque chose de particulier. Aussi séduisants qu’un show du crazy horse mais avec les talents vocaux de Freddy Mercury.. Un mélange des genres qu’on appellera pop tribale. Tout en polyphonie ils sont la rencontre inattendue dont on vous parle bientôt.

M.A.C

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *