Un 3somesisters qui fait du bien

3ss_photo-presse-rope_leny-guettabd

Incestueux et majestueux, les 3SomeSisters sont notre meilleure découverte du MaMA 2016.

Ce threesome qui compte en vérité quatre membres naît à Paris il y a 5 ans, à l’époque ils montent un show : Covers’ 90. Déjà leur identité se dessine, sublimée notamment par les costumes que Lia Seval, styliste et graphiste chez JC de Castelbajac, dessine pour eux. Entre folklore et bling bling ces costumes sont toujours grandiloquents et signent réellement leurs apparitions.

De reprises en collaborations le groupe se forge un nom, et accompagne Yael Naîm pour le festival Days Off puis pour son dernier album Older ; ils ont déjà envie de développer leurs compositions, de dire des choses qui leur ressemblent. C’est chose faite avec leur premier EP Cross qui sort en 2015.

Célibataire/en couple/c’est compliqué ? Plutôt «  partouze musicale ». De fait leurs voix se mêlent à la perfection, se modulent avec une justesse impressionnante et marquent un peu plus les contours de ces personnages singuliers. Bastien, Sophie, Florent jouent de leurs voix mais se relaient aussi avec Anthony au pad, au clavier, aux percussions dans une dynamique qui fait la part belle aux échanges.

Parce qu’ils aiment aller voir ailleurs, leurs influences vont de la musique traditionnelle au glamrock, en passant par les chants religieux. Tout leur art est qu’ils ne juxtaposent pas : les percussions tribales se mêlent naturellement à la pop de « Fall Apart ». Du costume à la composition, c’est bien un leitmotiv du groupe que cette réconciliation de la culture classique et de la culture pop.

Les Sisters assument totalement leur côté diva, et pour cause : ils ne sont pas simplement musiciens. Leurs apparitions sont de véritables show, ils envoutent le public, par la danse et quelques regards appuyés, dans un jeu de séduction. Ils jouent et surjouent, l’excès serait pour eux un « garde-fou » pour ne jamais devenir gonflants. Leurs icônes sont comme eux, à la frontière des genres, David Bowie, Freddy Mercury ou Grace Jones ; figures d’une époque où « il se passait quelque chose ». Leur dernier EP ROPE, sorti en mars 2016 et leur show au MaMA 2016 le confirme, ils ont pris le meilleur de leurs modèles avec insolence et talent.

Tous nos vœux de bonheur et de succès pour ce fabuleux ménage à 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *