Le Stupeflip crou

Depuis leur album éponyme en 2003, jusqu’à leur Maxi EP Terrora en 2012, Stupeflip c’est plein de petits bouts de trucs. « Rap-rock, avec des ritournelles de variété », comme ils disent … mais peut-on vraiment les classer ? Bisounours anarchiques, sous l’égide de King Ju, Rascar Capac, Flip, ou peu importe comment vous voulez l’appeler. Stupeflip, c’est pas uniquement la contestation de la société, de la hiérarchie, de l’avarice. Stupeflip, c’est pas non plus seulement « Je fume pu d’shit «  ou « Stupeflip Vite !!! ». Stupeflip, c’est un univers, dont le créateur même n’en est que spectateur. Stupeflip, c’est les régions Nord, Sud, Est, Ouest. Stupeflip, c’est la religion du Stup, les Argémiums, l’ASFH et la Menuiserie. Stupeflip, c’est aussi et surtout Cadillac, MC Salo, Pop Hip, Reverbman, King Ju ; c’est Stup et c’est Flip. Stupeflip, c’est un culte imaginaire, une secte schizophrénique peuplée des lapins que nous sommes. Stupeflip, c’est une folle alitération de sons, de rythmiques qui claquent, de boucles incroyablement intelligentes. C’est des albums reliés comme des contes, c’est un casse-tête qui crache.

https://i1.wp.com/i.ytimg.com/vi/PGDf69Qk9dk/hqdefault.jpg?w=660&ssl=1

Et aujourd’hui, en l’an de grâce 2017, le Crou est revenu. Une première : un album en crowdfunding. Ils prévoyaient 40 000€, les adeptes leur en donnent 427 972. Il y a un peu plus d’un mois, le Stup Virus débarque, comme l’agent pathogène le plus virulent de la planète. « Petite boule d’acide, entourée de protéines ». La recette, la donne même, a changé. Mais pas tant que ça. Certains codes sont toujours là, immuables. Les lyrics trépanent, les instrus lobotomisent. C’est probablement, d’ailleurs, le dernier groupe capable de me faire ça : l’engouement et l’attente du nouveau son, le besoin de l’écouter en boucle, à m’en crever les tympans ; l’impression de vivre un jour nouveau, comme si rien d’autre n’importait plus que d’être hypnotisé par le Crou.

https://i0.wp.com/img.over-blog-kiwi.com/1/50/91/08/20170213/ob_30d48d_stupeflip-cadillac.jpg?w=660

Quand on est fan, on y trouve toujours à redire. Moins d’interludes et moins de storytelling qu’avant. Pop Hip, Cadillac et MC Salo sont de retour, mais comme d’hab’ on en voudrait plus. On voudrait des dates, une tournée, un concert dès ce soir pour refaire nos acouphènes presque oubliés depuis la dernière fois. Pourtant, l’album est là. Le virus se propage dans les veines, on avance dans les tracks, obnubilé. Si tout a changé, rien n’a changé. Le Stup Virus, c’est l’ADN du Stup : son programme génétique, l’essence de Stupeflip dans sa dernière pureté. L’album se termine, alors qu’il se demande à lui-même de ne pas pleurer. On le relance, de nouveau accueilli par Sandrine Cacheton, la nouvelle porte-parole robotisée de Stupeflip, et c’est reparti. Une deuxième fois, on vit la renaissance de Pop Hip, qui rôtissait dans le Stup Enfer. Cadillac nous raconte encore la vraie naissance du Stup, avec King Ju sur son canapé.

Chaque chanson ressort du lot, unique. Certaines sont plus légères, d’autres plus sombres. « The Antidote » a enfin sa suite, il y a des nouveaux jeux sur la langue, de nouvelles rythmiques de tarés comme dans « La seule alternative », « 1993 » est nostalgique, « Crou Anthem » est cosmique. On est toujours surpris – très plaisamment – par le retravaillé sur la B-Side qu’était « Forcefield« , et « Pleure pas Stupeflip » nous indique qu’encore une fois, c’est la fin.

Dans cette dernière piste, on nous dit « au revoir ». Enfin, est-ce à nous que l’on dit cela ? C’est pourtant la voix de Pop Hip, qui semble dire au revoir à Stupeflip, comme si c’était la dernière fois qu’il y participait. Mais on ne sait plus sur quel pied danser, chamboulé. Dans son interview chez les Inrocks, Julien Barthélémy – King Ju – dit en avoir marre, vouloir passer à autre chose, dépasser son obsession pour l’acharnement musical, d’une façon ou d’une autre être heureux. On se redemande une fois, anxieux, si c’est bien là la fin du Stup. Si c’est la fin, elle est plus glorieuse que jamais.

https://i0.wp.com/www.pixbear.com/wp-content/uploads/2011/05/stupeflip_featured.jpg?w=660

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *