3 raisons d’être allé au concert de Damso à l’Olympia

Damso a-t-il encore quelque chose à prouver ? C’est la question que se posaient certains. Après le succès de son second album Ipséité, qui a été certifié double disque de platine, porté par les morceaux « Macarena » (single de diamant) et « Signaler », single de platine, la question restait ouverte sur sa capacité à défendre ses morceaux sur scène. Premier test majeur en France dans le cadre de sa tournée : l’Olympia.

1. L’Olympia

Après ses passages mitigés en France à l’occasion de showcases ou du festival We Love Green, beaucoup étaient sceptiques à l’idée de voir Damso à l’œuvre « en concert », notamment sur la scène mythique de l’Olympia. Cette salle, qui reste un symbole incontournable de la réussite d’un artiste, était déjà une raison suffisante pour ne pas se rater, d’autant plus pour un premier concert de plus de 1900 personnes en France. C’est dire si le Belge était attendu.

En ce qui concerne la scénographie, c’est le grand plus des salles comme l’Olympia qui offrent un nombre incalculable de possibilités à l’artiste. Il ne s’en est d’ailleurs pas privé, multipliant les projections et les effets visuels. On pouvait en effet observer des images d’archives ainsi que le signe « vie » qui revenait comme un leitmotiv et qui était lui-même repris par le public.

2. Le concert

Tout le monde s’attendait à une première partie digne de ce nom. Raté. Cette dernière fut confiée à Angèle, artiste à voix et qui n’est autre que la petite sœur du rappeur Roméo Elvis (tout le monde se sent obligé de le rappeler). Outre cette passe dé, surement organisée par le label lui-même et qui témoigne d’une certaine solidarité chez les artistes belges, cette première partie a fait dire à Damso qu’il n’en a tout simplement pas besoin. La star était suffisamment attendue pour se permettre ce genre de « fausse note » avec un public assez chaud pour ne pas s’endormir et assez respectueux pour ne pas siffler la jeune artiste.

L’une des critiques faites à l’artiste est notamment le peu d’efforts apparents qu’il produit sur scène. Auteur de textes forts et facilement mémorisables par le public qui peut les chanter a capella, à la manière d’un Booba, les morceaux du Belge sont taillés pour la performance live et semblent être complémentaires de son jeu scénique.

L’une des grandes forces de Damso est qu’il entretient parfaitement son personnage. Apte à « faire du sale », il décline sa voix robotique entre les morceaux, à la manière du projet Batterie faible, pour annoncer la suite. Le chanteur et le DJ laissent place à des phases dialoguées qui viennent ponctuer le concert, notamment par le recours à des questions rhétoriques qui multiplient les effets d’attente.

3. Paris

Ce n’est un secret pour personne, Damso a beaucoup collaboré avec des artistes français. À raison, nous n’étions pas les seuls à avoir flairé la présence de quelques guests. Ce n’est qu’en jouant  une seconde fois les morceaux concernés que l’invité surprise apparaissait, créant l’hystérie dans le public. Le premier (parce qu’il y en a eu plusieurs) fut VALD pour le sulfureux morceau « Vitrine » et son couplet énergique qui a mis tout le monde d’accord. Il en a d’ailleurs profité, sûrement au grand dam de son manager et de son label, pour annoncer la date de son prochain album. À la surprise générale, le second invité, ou devrait-on dire les seconds n’étaient d’autres que Siboy et Benash, venus performer le morceau de l’été « Mobali », certifié single d’or. Le dernier était sans doute le plus attendu tant la collaboration, certifiée 92i, avait été saluée par la critique. Générant 6,35 millions de streams en l’espace d’une semaine (un record), performer « Mwaka Moon » sans Kalash aurait été un crime de lèse-majesté. Leur prestation a sans surprise été couronnée de succès.

-> Kalash – Mwaka Moon ft. Damso

Objectif atteint pour Damso qui a littéralement marché sur l’Olympia. Ceux qui demeuraient perplexes ne peuvent que s’en mordre les doigts ! À bon entendeur, salut.

Mathias Breteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *