Le « Gorille déniche » : notre sélection du mois de novembre

La nouvelle team du Gorille s’allie pour vous offrir sa sélection des meilleurs albums du mois. 

GORE, Lous and the Yakuza

Le Gorille profite du confinement pour se retirer dans sa chambre et pénétrer au sein de l’univers musical de Lous and the Yakuza.

 

Sorti le 16 octobre, GORE n’a pas fini de retentir dans nos enceintes. Dans cet album de dix titres, Lous nous propose des titres très rythmés aux mélodies minimalistes. Sous une apparente légèreté et des paroles volatiles, elle procède à une variation autour du thème de la trahison : la trahison de l’ami qui profère des messes basses, de l’amant qui part sans laisser de trace (Bon Acteur) et enfin la trahison de l’autre qui viole notre intimité.
Dans 4 heures du matin, la mélodie lancinante et les paroles crues nous plongent dans un climat anxiogène. Marie Pierra nous y livre le récit glaçant d’une scène de viol, crime dont elle fut elle même la victime. 

Face à ces événements gores, le repli sur soi se présente comme un remède. Et pour cause, l’album s’ouvre et s’achève sur les paroles d’une artiste solitaire (« seule, j’veux être seule ») et esseulée (« à qui demander de l’aide à part au père éternel »).

Mais ne vous y méprenez pas, sur le projet GORE, Lous est loin d’être seule !

Toujours entourée de ses Yakuza dans ses clips, pour la réalisation de cette album elle s’entoure du producteur El Guincho (compositeur espagnol et producteur entre autres de la star internationale Rosalia). Enfin, en écoutant l’album, ce n’est pas sans joie que nous reconnaissons la voix du rappeur Krisy sur un des titres phares de l’album Dans la hess.

En somme, le projet Gore, pris entre des influences pop et rap, dessine le profil d’une artiste aux visages multiples. Nous avons hâte d’entendre ce que Lous nous réserve pour la suite. 

En attendant, la team du Gorille vous laisse avec une sélection de trois titres à écouter sans modération : 

  • Bon Acteur
  • Dans la Hess
  • Sol

Par Wendy

ELEMENTS VOL.1, TOBi

Après FYi et STILL+, le rappeur nigérien canadien TOBi nous révèle son troisième album : ELEMENTS. 

Auteur-compositeur grand amateur de poésie, l’artiste glisse entre soul old-school et rap moderne. En s’entourant d’autres artistes, comme LOONY, Harrison ou encore Juls (non, pas notre Marseillais), ce troisième album signe son talent.

Dans Silhouette, TOBi s’allie avec la chanteuse RnB LOONY. Les deux artistes nous livrent une chanson d’amour dont les paroles reflètent avec lucidité et réalisme la vulnérabilité et les craintes que les relations amoureuses peuvent engendrer. Avec une alliance rap/RnB parfaite et une instrumentale toute douce, Silhouette mérite amplement sa notoriété.

En bref, cet album est un vrai délice acoustique.

 

Petite sélection de nos trois titres préférés :

  • Silhouette
  • Family Matters
  • Matter

Par Hortense

SEXY PLANET, Bonnie Banane

On écoutait encore en boucle son EP Soeur Nature, on profitait des bribes de sa voix dans les géniales collaborations avec Flavien Berger, Chassol ou Muddy Monk, on dévorait ses derniers singles et ses sessions live, mais l’album solo de Bonnie Banane est ENFIN là.

Sexy Planet c’est quatorze titres de tout ce qu’on aime chez elle : son énergie folle, sa musicalité sans faille et sa voix envoutante, parfois élégamment autotunée. On est ravi d’y croiser à la composition les noms de Varnish La Piscine, Para One, Loubenski, Jimmy Whoo, Papooz, Ponko et Psily…

Bonnie Banane ose tout, sans hésitation. Après une introduction polyphonique et grincante, mi chantée mi parlée, l’album témoigne de sa grande liberté de style. On a des titres totalement saccadés et électriques (Béguin, Limites) d’autres franchement dansants (La Lune et le Soleil, Cha Cha Cha) et d’autres encore sont des monologues pensifs et poétiques (Intuition, Deuil). Même s’il est très difficile de la comparer, on pense aux harmonies de Catastrophe, aux instrus de H.E.R., aux intonations de Camille, aux rythmes de la Chica, et même au flow d’Hippocampe Fou.

C’est aussi et surtout un album qui nous parle. Il défend une planète qui s’embrase, réaffirme la beauté du consentement et rappelle que « non, c’est non ». Doucement perchée, Bonnie Banane nous emmène sur sa Sexy Planet, avec une franchise qui convainc dès la première écoute.

 

`

Les préférences du Gorille :

  • Sexy Planet
  • Deuil
  • La Lune et le Soleil
Par Aurore
Posts created 263

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut