Victoires de la musique : La récap du Gorille

Retour sur un des événements francophones les plus attendus de l'année : Les Victoires de la Musique.

 

Le 12 février 2021 s’est tenue la 36e cérémonie des Victoires de la Musique à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt. Un bon nombre d’artistes se sont succédés sur scène, chacun plongeant le public dans son univers.
Le Gorille vous a dressé un tableau des prestations les plus marquantes de cette soirée :

 

  • La prestation la plus enchanteresse

Au milieu d’un ciel étoilé, Pomme, munie de son pocket piano, nous ensorcelle avec son titre Grandiose, tiré de son album Les Failles.
Alors que le décor, digne de Bonne Nuit les Petits, nous replonge en enfance, la chanteuse évoque son désir de maternité sur une tendre mélodie. L’artiste sera sacrée artiste féminine de l’année à la fin de l’émission, une belle victoire pour celle qui avait déjà remporté le titre de révélation de l’année l’an passé.

 

  • La prestation la plus sulfureuse

Lorsqu’Aya Nakamura s’empare de la scène, la température de la Seine Musicale monte de dix degrés. Elle interprète un des titres de son dernier album AYA, Préféré, en featuring avec le rappeur OBOY. Celui-ci la rejoint d’ailleurs sur scène à notre plus grande surprise.

Si la prestation en a choqué plus d’un, on se réjouit de voir une femme revendiquer aussi ouvertement sa liberté sexuelle sur les plateaux de France 2…

 

  • La prestation à couper le souffle

Dans un décor d’une sobriété extrême avec la lumière pour seul artifice, Lous and The Yakuza nous offre une prestation à couper le souffle en interprétant son morceau 4 heures du matin. Entourée d’un choeur dirigé par Myriam Sultan-Sow, l’artiste, drapée d’une robe rouge signée Louis Vuitton, nous délivre son morceau et plonge public et téléspectateur dans une atmosphère glaçante.

 

La cérémonie, c’est aussi le moment de se souvenir de figures illustres de la chanson française, et pour cause, un bel hommage a été rendu à la chanteuse Jane Birkin.
C’est également le moment de découvrir des artistes dont on avait très peu entendu parler jusqu’ici tel qu’Hervé, sacré révélation masculine de l’année ou encore Clou, chanteuse pop signée par le label Tôt ou Tard. Si leur prestation n’a pas fait mouche, on vous invite tout de même à écouter les albums de ces deux jeunes artistes.

La sous-représentation de la scène musique rap n’échappe pas à notre attention, même si l’on se réjouit du prix du titre le plus streamé, remporté par Gradur et Heuss l’Enfoiré pour leur son Ne Reviens Pas.

 

Enfin, la cérémonie fut aussi l’occasion de passer des messages forts, au programme covid et diversité. Ainsi Benjamin Biolay, qui a remporté les titres d’album et d’artiste masculin de l’année, s’est adressé à la ministre de la culture Roselyne Bachelot pour faire entendre la voix des laissés pour compte et appeler le gouvernement à entendre leurs appels à l’aide. Yseult, sacrée révélation féminine de l’année a également pris la parole pour adresser un message d’espoir aux femmes noires et plus largement à celles et ceux qui ne rentrent pas dans la norme.

 

Les Victoires de la Musique furent une parenthèse dans un contexte de crise sanitaire dont on ne voit plus la fin. L’occasion pour tous les acteurs de la scène musicale française de se réunir et de partager un moment riche en musique, denrée rare par les temps qui courent.

 

Par Wendy

Posts created 257

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut